Gîte Le Verger de Mathurin

Le Molay-Littry, en Normandie près de Bayeux et des plages du Débarquement

 

 

 

barbastelle

Contact :

Françoise et Francis DOREY
02 31 22 30 82
06.08.88.98.20 
ffgdorey@wanadoo.fr

Le Calvados insolite .4

Histoire

Les premières invasions

Le Bessin* a subi à l'image de la capitale des Viducasses, Aregenua (Vieux-la-Romaine) ou Augustodurum (Bayeux) des incursions, voire invasions, de tribus saxonnes à la fin de l'ère romaine. Le Molay, alors simple fortin, eut lui aussi à faire face à ces tribus germaniques selon la légende de l'if du Molay : « Dans le cimetière de l'église du Molay, près de Bayeux est un if commun Taxus baccata remarquable pour son âge, ses dimensions et la disposition de ses branches (...). Ainsi quant à ses origines, suivant les uns le premier if, dont celui-ci ne serait qu'un rejet, aurait été planté sur la tombe d'un chef saxon, tué en défendant le gué du ruisseau du Molay**moulin de Marcy contre un certain Waroc (ou plutôt Waroch II), fils de Mailers, comte de Bretagne, en l'an 578. Grégoire de Tours désigne d'ailleurs cette peuplade par le terme de "Saxones Baioccassini". Plus tard Charles le Chauve dans un des capitulaires confie même la défense de ce territoire à ce groupe "Of lingua saxonis" (de langue saxonne) plus ou moins francisé.

Edmond de Laheudrie confirme : « Selon Grégoire de Tours, d'importantes colonies dites saxonnes existaient dans la région. Chilpéric fit en 578 appel aux Saxons de Bayeux qui furent taillés en pièces par Waroch, comte de Vannes, qui tombant la nuit sur eux en tua la plus grande partie ».

*Bessin : région de Bayeux.
**Le gué du ruisseau de Molay se situait à trois kilomètres du bourg, précisément à l'actuel musée de la meunerie, le Moulin-musée de Marcy (ouest-sud-ouest du Molay). Le ruisseau est la Siette.

 

Le château du Molay

Le château du Molay, tout d'abord motte coiffée de retranchements de charpente de bois est construit au XIe siècle par les seigneurs du Molay. « Au haut du petit coteau qui domine la rive gauche du ruisseau du Molay » (il s'agit de la Siette) « et sur le bord même de la route départementale de la mine Littry à Isigny, se trouvent les vestigesancien chateau des Bacon du château du seigneur du Molay cité par Wace***».

 

Calvados insolite .1 Calvados insolite .2 Calvados insolite .3 Calvados insolite .4

La place se composait de deux enceintes, la plus voisine de la vallée renfermait le donjon, ces murs était d'une épaisseur de 8 à 10 pieds (env. 3 mètres) selon Arcisse de Caumont. Le château fut plusieurs fois rasé et reconstruit pendant les guerres de Cent ans et de Religion. Abandonné il finira comme carrière de pierre pour les habitants de la ville (d'importants vestiges étaient encore visible du temps d'Arcisse de Caumont et même en 1945). Des habitations privées ont été depuis lors construites sur le site, mais le sous-sol de l'endroit recèlent encore bien des surprises. En effet dans les années 20, les ouvriers communaux du Molay voulant agrandir le cimetière jouxtant les restes du château, se heurtèrent à une veine de cailloux (galet roulés) considérable apportés jadis pour le surélévation et l'encaissement du plateau. Il ne faut pas confondre le château fort des barons avec l'actuel château du Molay qui est en fait une bâtisse du XVIIIe siècle spécialisée dans l'accueil de groupes scolaires généralement anglo-saxons.

***Wace - prononcer Vasse - passe sa jeunesse à Caen où il est éduqué pour devenir clerc. Plus tard, il continue ses études en Île-de-France (Chartres ou Paris). Il revient ensuite à Caen et se consacre à la littérature. Dans son Roman de Rou, il se dit être 'clerc lisant'. Au début de sa carrière littéraire, Wace écrit des poèmes lyriques, mais aucun n'a survécu. De ses jeunes années (1130-1150) ne subsistent que trois œuvres hagiographiques. En 1155, Wace achève l'écriture de son Roman de Brut, une chronique en vieux français sur les rois de Bretagne.

 

La grotte du Bel Air

Aussi nommé Glacière, c'est un site géologique situé au Bel-Air non loin de l'église de Littry dans lequel on peut observer les contreforts du Massif armoricain en granite. La caverne est constituée d'un tunnel d'une dizaine de mètres débouchant sur un espace circulaire dont on ne sait que peu de choses, si ce n'est qu'il a dû servir de réfrigérateur naturel pour entreposer des denrées périssables. Au milieu de cet espace se trouve une cavité actuellement comblée de bloc de pierres, qui selon la légende locale serait en fait un tunnel conduisant à l'abbaye de Cerisy distante de quelques kilomètres à vol d'oiseau.

Ce lieu est le site d'hibernation de plusieurs espèces de chiroptères (chauves-souris) dont le grand rhinolophe et le grand murin. Il est déclaré d'intérêt départemental par la Société française pour l'étude et la protection des mammifères. Le site compte d'autres espèces comme Petit rhinolophe, le Murin de Bechstein ou la Barbastelle. On peut observer à côté de la grotte un affluent de la Siette qui forme une chute d'eau de quelques mètres de haut.

Source : Wikipédia